"Tu seras mon fils" de Gilles Legrand

Publié le par les-critiques-de-yuyine

Film français sorti le 24 août 2011; Un drame familiale dans le milieu viticole,  film de Gilles Legrand qui manque un peu de charme...

 

Synopsis (by Allociné):

On ne choisit ni ses parents, ni ses enfants !
Paul de Marseul, propriétaire d’un prestigieux vignoble à Saint Emilion a un fils, Martin, qui travaille avec lui sur le domaine familial. Mais Paul, vigneron exigeant et passionné, ne supporte pas l’idée que son fils puisse un jour lui succéder. Il rêve d’un fils plus talentueux, plus charismatique… plus conforme à ses fantasmes de père ! L’arrivée de Philippe, le fils de son régisseur va bouleverser la vie de la propriété. Paul tombe en fascination devant ce fils idéal. Commence alors une partie d’échec qui se jouera à quatre : deux pères, deux fils, sous le regard impuissant des femmes qui les entourent. Et au moins l’un d’entre eux n’a plus rien à perdre …


    http://images.fan-de-cinema.com/affiches/medium/drame/tu_seras_mon_fils,0.jpg   Il est rare que j'apprécie les films français même si certaines petites pépites font exception à la règle. La plupart du temps ce genre de film me laisse indifférente. Malheureusement ce fut le cas de celui-ci. Gilles Legrand m'avait habitué à des films plus prenants ("No et moi" par exemple). Il signe ici un drame familiale qui manque de profondeur, et qui s'essouffle rapidement. Les personnages sont si peu approfondis qu'il est difficile de leur donner une rondeur, d'y découvrir des failles. Non, tout ici est manichéen. Un père cruel, hautain, sans pitié interprété par Niels Arestrup ("Un prophète", "De battre mon coeur s'est arrêté"...) et un fils souffre-douleur soumis qui se noie dans la boisson pour pouvoir révéler sa colère, interprété par Lorant DeutschLes personnages nous sont (im)posés comme tel dès le début et rien ne les fera changer. En face un autre duo père-fils où cette fois le fils rayonne de vantardise, de charisme (Nicolas Bridet) et où le père se fait ronger autant par sa maladie que par ses rancoeurs. Ce dernier est brillamment interprété par Patrick Chesnais, touchant et juste.  

Outre le manque de travail sur les personnages c'est le scénario qui fait défaut. L'ambiance est très justement asphyxiante, oppressante presque. Mais ça ne suffit pas à éviter que l'histoire elle-même s'étouffe. Le film connaît des longueurs parfois inutiles qui vous ennuieront si, comme moi, vous n'avez pas accroché totalement. La fin, sans la révéler, est quand à elle baclée. Tant de ralentis tout au long du film pour avoir une fin beaucoup trop écourté qui donnera un sentiment de manque voir de déception.

Le film n'est pas si désagréable à voir. Vous le regarderez comme on peut regarder des feuilletons de l'été sur les chaînes françaises. Mais d'un point vue cinématographique, il n'est pas d'un intérêt majeur.

 

En bref, un drame familiale signé Gilles Legrand qui manque de fond avec un scénario qui s'étouffe.

 

 

Bande-Annonce:

 


 

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article