K-pax, l'homme qui vient de loin de Iain Softley

Publié le par les-critiques-de-yuyine

 

Ce film fantastique et dramatique est sorti en mai 2002 dans les salles de cinéma mais il n'a croisé ma route qu'il y a une semaine seulement. Et j'en suis vraiment enchantée car cette adaptation du roman de Gene Brewer est une petite merveille.

 

http://img.movieberry.com/static/photos/612/poster.jpgLa fiche du film:

Réalisateur: Iain Softley (La porte des secrets ; Hackers)

Scénariste: Charles Leavitt

Acteurs principaux: Kevin Spacey (Margin Call ; La vie de David Gale), Jeff Bridges (True grit ; The big Lebowski), Mary McCormack (Jugé coupable), David Patrick Kelly (Mémoire de nos pères), Saul Williams (New York, I love you), ...

 

Synopsis (by Allociné):
Un jour, un homme surgit de nulle part dans la gare centrale de New York. L'air avenant, les yeux dissimulés derrière d'épaisses lunettes noires, cet inconnu prétend être originaire d'une planète lointaine : K-Pax. Sourire aux lèvres, il se laisse embarquer sans résistance par la police, qui le conduit à la clinique psychiatrique de Manhattan.
Le docteur Mark Powell, directeur de l'établissement, est un habitué des cas de dédoublement de personnalité. Mais le patient Prot l'intrigue et il veut en savoir davantage sur cet homme aux affirmations loufoques. Ce dernier s'accroche obstinément à son délire et brosse à qui veut l'entendre un tableau idyllique de K-Pax, ses moeurs pacifiques et son haut niveau culturel. Au fur et à mesure de ses entretiens, le docteur Powell en vient à se demander s'il n'y aurait pas un fond de vérité dans ses histoires d'extraterrestres.

 

Epoustouflant! Ce film de Iain Softley est un savant mélange entre réalité(s!) et fantastique, drame et humour, rêve et évasion... une simple merveille. Notre soi-disant K-paxien est troublant, émouvant et admirablement interprété par un Kevin Spacey très énigmatique. Aux apparences par moment de huis-clos psychiatrique, ce film nous emmènera très loin, dans d'autres galaxies. Il suffit de se laisser embarquer dans les paroles envoûtantes de Prot, ce patient "venu de loin". Hésitation entre ce que l'on doit croire et ce que l'on veut croire, sans réponse affirmée complètement, K-pax laisse sans cesse planer le doute sur la vérité. Mais surtout, ce film pose la question essentielle selon moi: la réalité est-elle forcément ce que l'on voit ou peut-elle être ce que l'on ne voit pas? Traitement parfait de la part du réalisateur du thème de l'appréciation personnelle du monde. Chaque spectateur, comme chaque protagoniste, aura son avis, peut-être incertain sur les questions que posent Prot. Et finalement, l'important c'est de voir la réalité comme toujours incertaine et nécessairement dépendante de notre personnalité. A nous de voir ce que nous voulons faire du monde.
Ce film a un grand rapport avec les jeux de lumière. Prot dit venir de K-pax par un rayon de lumière et sa présence continue en fait un protagoniste de plus. Magnifique parallèle entre "l'accessoire" et l'histoire, ces traitements rendent le film sublime et beaucoup plus travaillé que la plupart des longs-métrages (hormis les arts et essais). Mis à part ce détail qui n'en est pas un finalement, l'ensemble des scènes du film est très réfléchi et apporte beaucoup à nos interprétations possibles. Le scénario est très construit et dose admirablement les scènes drôles, les scènes émouvantes (je suis passé du sourire franc et ému aux larmes) et les scènes énigmatiques. Une véritable leçon d'évasion (dans plusieurs sens du terme), une belle histoire qui envoute et touche, voilà ce qu'est K-pax.

En bref, K-pax est l'endroit que tout le monde souhaite visiter et en parallèle, le film que tout le monde doit voir. Terriblement émouvant et beau, il saura vous poser de nombreuses questions et vous fera réfléchir sur ce que l'on veut croire, ce qui est le vrai, ce qu'est la réalité et l'évasion. Magnifique, à voir et à revoir sans hésitation aucune. Oui ce film est un oiseau bleu (voir le film pour saisir cette phrase).

 

Bande-annonce:

 


 


Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article