Comment j'ai tué mon banquier ou Itinéraire d'un honnête meurtrier, nouvelle de Nicolas Noël

Publié le par les-critiques-de-yuyine

http://myboox.f6m.fr/images/livres/reference/0021/30/comment-j-ai-tue-mon-banquier-nicolas-noel-9782310011952.gif> Le livre: Comment j'ai tué mon banquier ou itinéraire d'un honnête meurtrier de Nicolas Noël. Editions Amalthée, 2012, 46pages, 9,20€. 

 

> Le pitch: Nicolas à 32 ans. Hier, jeune cadre dans une grosse société généreusement rémunéré, aujourd'hui, il tente l'aventure à son compte. 

Ce changement de mode de vie va le conduire à commettre des erreurs qu'il ne manquera pas de corriger, dans la douleur certes, mais pour repartir de plus belle. C'était sans compter sur la dureté du système financier: Nicolas se trouve confronté à un homme dont il ne connaît pas le visage, un banquier qui souhaite mettre un terme à son aventure indépendante. 

Poussé à la faillite et n'ayant plus grand-chose à perdre, Nicolas décide de rencontrer son bourreau, et de faire justice lui-même...

 

> Nouvelle hautement satirique et cinglante, Comment j'ai tué mon banquier est très moderne et particulièrement bien écrit. Nicolas Noël, pseudonyme d'un tout nouvel auteur malouin a ce don de dresser de façon à la fois précise et envoutante le portrait d'un honnête homme très actuel et profondément construit malgré le format de la nouvelle. L'écriture est limpide, elle embarque le lecteur dans un rythme effréné de lecture malgré la lenteur finalement de l'action, tout au moins dans la première partie. Tout se passe, ou presque, en 1h00 de temps dans ces 46 pages, 1heure dont les premières minutes sont celles de l'attente du rendez-vous si attendu avec le banquier qui lui gâche tant l'existence. Ces 30minutes d'attente sont, par extrapolation, celles du lecteur avant le face-à-face que le titre annonce comme meurtrier. 30minutes qui nous permettent de comprendre la situation, la psychologie de Nicolas et son état d'esprit. Homme passionné qui a osé l'aventure de la création d'entreprise au prix de sacrifices parfois forts et douloureux et homme incompris par ce banquier de l'ombre qui ne le suit plus quand tout s'arrange. L'auteur a connu ses méandres du système financier, cette manie d'écraser le petit alors qu'il ne demande qu'un peut de temps, cet abandon des banques qui ne parlent plus de confiance mais de rentabilité. Finalement, la nouvelle part d'un fait réaliste et concret mais elle va au-delà. L'auteur nous parle ici de déshumanisation. De déshumanisation et de ce qui peut amener l'homme à la folie presque animale, ici meurtrière. Et la joute verbale entre le banquier et Nicolas est si jouissive d'ironie et de mordant que tout lecteur s'y plongera avec délectation. 

La force de Nicolas Noël (ici l'auteur et pas le personnage) c'est d'avoir réussi à écrire une première nouvelle forte de sens, très à-propos dans l'actualité et au dénouement particulièrement étonnant. La nouvelle paraît souvent simple à faire mais elle requiert des compétences littéraires complexes. Il n'est pas aisé en si peu de pages de nous décrire si profondément un personnage, une situation et une action trépidante mais courte tout en conservant de la surprise pour le lecteur. Le contrat est ici entièrement rempli par son auteur. Son écriture drôle, cruelle et satirique fait le reste pour embarquer complètement dans la lecture et en demander plus. C'est d'ailleurs la seule remarque presque négative (mais au final très positive) que je ferai: j'aimerai que cette nouvelle soit intégrée à un recueil de plusieurs autres. Ces 46 pages sont passé trop vite et le plaisir étant très présent, j'ai forcément envie d'en lire un peu plus. Je souhaite vraiment que ce nouvel auteur breton continue l'écriture, en tout cas, si c'est le cas, je serai une lectrice déjà conquise par son style cinglant

 

Je remercie vivement une nouvelle fois les éditions Amalthée de m'avoir fait découvrir cette nouvelle qui vaut définitivement le coup d'oeil. Je souhaite souligner au passage la qualité de cette maison d'édition nantaise qui semble vraiment prendre très à coeur la diffusion des textes de leurs auteurs et la qualité de ses publications. Il est assez rare aujourd'hui d'avoir à faire à un tel professionnalisme et dévouement dans le monde de l'édition.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article